"Nos pensées et nos prières vont vers les victimes"

Le père évêque communique sur la comparution devant la cour d'assises des P.O. de l'ancien curé de la paroisse Saint Joseph de Perpignan, accusé de viol et agressions sexuels sur 3 mineurs entre 2006 et 2009. 

"Ce lundi 25 février s’est ouvert devant la cour d’Assises des Pyrénées orientales, un procès mettant en cause le Père Jean-Marie S­avioz, ancien curé de la paroisse Saint-Joseph de Perpignan pour des faits commis sur des mineurs de plus de 15 ans il y a une dizaine d’années.

Chacun de nous peut se sentir atteint par cette affaire, qu’il ait connu ou non les personnes concernées. Mais en premier lieu, nos pensées et nos prières vont vers ces jeunes et leurs familles.

Personne ne peut se mettre à la place de ces jeunes et de leurs proches ni ressentir leurs souffrances. Nous devons entendre leur colère, leur perte de confiance en l’Église et en ses représentants. Nous comprenons que leur amertume soit à la hauteur de la crédibilité qu’ils mettaient en elle.

Aujourd’hui, ils se sentent trahis, trompés par des actes inqualifiables. D’ailleurs c’est toute la communauté catholique qui se sent trompée et trahie et dans cette affaire, notre église diocésaine est proche des victimes. Elle aussi a souffert, car les agissements d’un seul membre de l’Église peuvent jeter l’opprobre sur tous les autres membres.

Désormais la ligne de conduite de l’Église est la plus claire et la plus ferme possible dans ce type d’affaires : se mettre à la disposition des victimes pour les accueillir, les écouter et assurer de sa complète coopération avec la justice, sans fuir ses responsabilités.

Une cellule d’accueil et d’écoute des victimes d’abus sexuels dans l’Église a été créée dans notre diocèse. Elle joue également un rôle d’organe de prévention et de lutte en se mettant au service des paroisses, des services et des mouvements du diocèse.

Je sais que demander pardon ne suffit pas. Je souhaite qu’à l’issue du procès, tous puissent trouver dans la décision de justice rendue, l’apaisement et un chemin de réparation des profondes blessures causées. J’invite les chrétiens à prier pour cela."

+ Norbert Turini
Évêque de Perpignan-Elne

Pin It
  • .