Église sans fontières : la cohésion pour la mission universelle

Le lundi 15 juillet, le service de la mission universelle de l'Église du diocèse de Perpignan a organisé une journée de rencontre et de cohésion pour les prêtres des diocèses africains venus en renfort cet été et les prêtres diocésains. Ils sont donc partis à la découverte de l'Église de Saint Julien de Vallventosa, restaurée durant quinze ans par l'association de sauvegarde du patrimoine des deux Corbères. 
Là au coeur des Aspres, entre garrigue et chênaie, cette petite chapelle de pierre a retrouvé son aspect originel et sa vocation. Celle d'accueillir des célebrations. la travail effectué durant de nombreuses années par les bénévoles est pour le moins remarquable. Pierre après pierre,  l'édifice et son environnement ont été relevés pour renaître et retrouver cette âme. Une messe a été célébrée pour marquer cette visite. Le père Jean Paul Soulet présidait, accompagné du père Bavon Kazaba curé de la communauté de paroisses Saint Etienne du Haut Ribéral. Tous les particpants ont ensuite paratgé une repas à l'ombre des chênes avant de prendre la direction de Bouleternère à la frontière du Conflent, pour rencontrer une petite nièce du Bienheureux Louis Damien Sobraques, né à Bouleternère et mort en martyr à Valence durant la guerre civile espagnole. L'occasion d'évoquer le parcours d'un autre bienheureux du diocèse à cinquante ans d'intervalle. Le frère Henri Vergès, né à Matemale et assassiné en 1994 à Alger au coeur d'un conflit qui a terrorisé l'algérie durant une décennie. Tous deux étaient des missionnaires, frères maristes, qui voulaient porter et partager l'amour du Christ. Deux destins similaires qui donnent à méditer sur l'engagement pour la mission. 
Cette journée aura sans doute permis de mieux apréhender le diocèse pour ceux qui y viennent pour la première fois et de créer du lien entre tous.  

 

Pin It
  • .