L'Au revoir émouvant aux soeurs des Saints Anges

Depuis 23 ans, elles avaient rejoint notre diocèse, appelées en terre de mission par l'Évêque d'alors, Mgr André Fort. En deux décennies, les soeurs de la congrégation des Saints-Anges ont marqué de leur présence et de leurs actions notre terre catalane. Aujourd'hui, la supérieure de leur congrégation les a rappelées pour de nouvelles missions dans d'autres diocèses. C'est le coeur lourd, avec la tristesse de voir partir des membres de la famille diocésaine, que la communauté catholique des Pyrénées Orientales a célébré le départ de ces soeurs missionnaires qui laisseront bien plus que des souvenirs. 

 Une page se tourne et quelle page ! Celle d'une belle histoire qui aura duré 23 ans. Une histoire d'amour, de partage, de fraternité et de solidarité entre notre diocèse et les soeurs missionnaires des Saints Anges, arrivées en 1996 en terre catalane. La nouvelle était tombée au coeur de l'été comme un couperet : la congrégation (dont la maison est au Brésil) les rappelle dans d'autres maisons pour d'autres missions et marque ainsi la fin de leur présence dans le diocèse de Perpignan Elne. 

Après tant d'années et tant de temps donné à servir et à aimer sans concession, conformément à leur devise, il fallait bien leur rendre un peu de cet amour en célébrant, dans la joie, ce départ pourtant si triste. Ce fut chose faite, dimanche 27 octobre à Estagel, où résident un temps encore soeur Monique et soeur Maria-Louisa. Une messe d'action de grâce, présidée par Mgr Turini, a été célébrée pour témoigner cet attachement diocésain à deux membres de la famille qui partent. Un office où l'émotion n'était ni feinte, ni cachée ou retenue. Toutes les perosnnes présentes avaient une histoire propre, un moment partagé, une aventure, un échange, un vécu avec les deux soeurs et voulaient leur témoigner leur affection. Le Père Évêque, dans son homélie en forme de grand marci n'a pas manqué de rappelé cet attachement diocésain, depuis plus de vingt ans aux soeurs des Saints Anges. Avec, lui aussi, ce vécu particulier. De leur côté, Monique et Maria Louisa n'ont pas pu masquer la tristesse de quitter cette terre d'accueil. C'est la voix tramblante que soeur Maria Louisa a adressé de longs remerciements a toutes les personnes avec qui elle et ses seours ont eu la joie de partager ces intants si chers : à l'évêché, auprsè de la pastorales des jeunes et des vocations, en communauté de paroisses, au service des pauvres te malades... 
Cette fête s'est poursuivie ensuite par une réception en leur honneur dans la salle Nelson Mandela du village où un présent eur a été offert "pour emporter avec vous un peu de terre catalane", a déclaré le père Père Patrice Renier qui les accompagne à Estagel depuis cinq ans.

Ce n'est qu'un au revoir mes soeurs ont certainement tous entonné dans un coin de leur tête les convives, avec l'espoir de revoir rapidement Monique et Maria Louisa. 

 

 

 

 

 

 

 

Pin It
  • .