Le Diocèse de Perpignan Elne accueille Sainte Bernadette du 14 février au 2 mars

C'est un événement que s'apprête à vivre notre diocèse de Perpignan-Elne, en accueillant les reliques de Sainte Bernadette de Lourdes durant 22 jours du 14 février au 2 mars. 
Les Reliques passeront de paroisses en paroisses pour y être vénérées. Les équipes paroissiales mettront en oeuvre un programme d'animation. 

Le programme de la venue des reliques 

-14/02 : FONT-ROMEU affiche reliques bernadette
- 15/02 : SAINT MARTIN DU CANIGOU 
- 16/02 : PRADES  ET CARMEL DE VINÇA
- 17/02 : LE SOLER
- 18/02 : ND DE LOURDES  (Solennité Ste Bernadette)
- 19/02 : ESTAGEL
- 20/02 : RIVESALTES 
- 21/02 : LE BARCARÈS
- 22/02 : CANET 
- 23/02 : CÉRET ET MONASTÈRE DE L’ALBÈRE
- 24/02 : ARGELÈS
- 25/02 : CABESTANY
- 26/02 : MA MAISON
- 27/02 : TOULOUGES 
- 28/02 : COUVENT DES CLARISSES    ET CHAPELLE ST JEAN PAUL II 
- 29/02 : CHAPELLE ST JEAN PAUL II 
- 29/02 : PROCESSION DEPUIS ND DE   LOURDES VERS LA CATHÉDRALE 
- 01/03 : CATHÉDRALE ET ST-MARTIN 
- 02/03 : DÉPART 

La relique

Le corps de Bernadette SOUBIROUS fut exhumé le 18 avril 1925, quarante-six ans après le décès, afin de prélever des reliques.
Cette opération fut confiée aux Docteurs COMTE et TALON. C’est le premier de ceux-ci qui procède aux prélèvements sur le corps qui « était d’une consistance molle et presque normale », devait-il écrire, en 1928,
dans le Bulletin de l’Association Médicale de Notre-Dame de Lourdes.

            Le 14 juin 1925, Pie XI proclamait Bernadette SOUBIROUS « Bienheureuse ». Son corps fut alors transféré dans sa chasse actuelle à Nevers le 18 juillet 1925.

            Le 8 décembre 1933, le Pape Pie XI canonisait Sainte Bernadette, fêtée dans l’Église de France, le 18 février.

            Les « Actes originaux », conservés aux Archives de Nevers et rédigés en latin, indiquent que furent prélevés des reliques. La relique qui se trouve dans le reliquaire qui nous est confié est une relique ex carne, remise à la Congrégation des Missionnaires de l’Immaculée Conception (Pères de Garaison), fondée en 1836. A partir de 1866, c’est cette congrégation qui dirigea le Sanctuaire de Lourdes, à la demande de Mgr Laurence, évêque de Tarbes.
En 2018, le Très Révérend Père Horacio BRITO, Supérieur Général des Missionnaires de l’Immaculée Conception a confié cette relique au Sanctuaire de Lourdes. Elle se trouve désormais dans le reliquaire fabriqué en Espagne par les ateliers Granda. Ce reliquaire a été solennellement inauguré à Lourdes le 30 mai 2019.

Un nouveau reliquaire pour Lourdes et pour le monde

Tous les diocèses qui le souhaitent peuvent recevoir, pour quelques jours ou quelques mois, les reliques de sainte Bernadette. Devant le succès de cette proposition, et afin de ne pas priver les pèlerins à Lourdes de la présence des reliques, un nouveau reliquaire destiné aux déplacements a été commandé. C’est l’atelier espagnol d’arts liturgiques Granda (Madrid) qui a été chargé de réaliser cette œuvre. 
Toute l’équipe a été portée par une seule motivation : donner le meilleur de leur savoir-faire pour que ce reliquaire reflète la foi, l’humilité et la piété de sainte Bernadette.
Comme sa forme, les détails du nouveau reliquaire sont riches en messages emblématiques. Son aspect classique et intemporel, par exemple, marqué par les arcs boutants, représente la force divine qui soutient, protège, dévoile et éclaire l’intérieur de l’homme.

Le Père André Cabes, ancien recteur des sanctuaires, a fourni les textes qu’il souhaitait y voir figurer.
Ainsi, peut-on lire les inscriptions suivantes, dont la plupart des titres disent bien la vocation de Marie à Lourdes :

  • Que soy era Immaculada Councepciou (« Je suis l’Immaculée Conception », mots en patois bigourdan de la Vierge Marie pour dire son nom lors de la 16eapparition, le 25 mars 1858), 
  • Salus Infirmorum, Santé des malades,
  • Refugium peccatorum,Refuge des pécheurs 
  • Il suffit d’aimer (phrase qui résume la pensée de sainte Bernadette).

    Pour représenter Notre-Dame de Lourdes et une apparition, les artistes se sont inspirés des vitraux de la basilique de l’Immaculée Conception. Les orfèvres ont illustré l’internationalité du Sanctuaire de Lourdes au travers des couleurs des émaux ornant les piliers des angles : bleu, rouge, vert, jaune.

       De style néogothique, le reliquaire a été inauguré lors de la messe internationale à la basilique Saint-Pie X et porté en procession à la Grotte le jeudi de l’Ascension, le 30 mai dernier.

 

Le sens de la vénération des reliques

Pourquoi le culte des reliques de saints ?

Reliques vient du mot latin  : « reliquiae »  qui signifie « restes ».
Ce qui reste d’une personne honorée comme un saint : soit le corps entier, soit une partie du corps, soit même ce qui lui a appartenu, ce dont il s’est servi. Ce culte remonte aux martyrs des premiers siècles, sur les tombeaux desquels on venait prier et célébrer la messe.
 Saint Augustin, au IVème siècle, encourage la vénération du corps des fidèles « qui ont servi d’instrument et d’organe au Saint-Esprit pour toutes sortes de bonnes œuvres ».

Alors : Superstition ? Fétichisme ?
 Le Concile de Nicée II, au VIIIème siècle, trancha la question en écartant toute accusation d’idolâtrie car « l’honneur rendu à l’image s’en va au modèle original et celui qui vénère l’image vénère en elle la personne de celui qu’elle représente ».
La même légitimation vaut à fortiori pour le culte des reliques, qui, fut souvent supplanté en Orient par la vénération des saintes icônes.

Saint Thomas d’Aquin, au XIIIème siècle, consacre un article à justifier la vénération des reliques. Il en donne trois motifs :

  • L’affection qui nous lie aux saints, amis de Dieu et nos intercesseurs auprès de Lui, nous porte à vénérer tout ce qui reste d’eux, vêtements, objets, etc...
  • On doit vénérer principalement le corps des saints qui ont été les temples et les organes de l’Esprit Saint et qui doivent être configurés au corps du Christ dans la gloire de la Résurrection.
  • Toute l’histoire de l’Église prouve que Dieu accomplit des miracles en présence des reliques des saints. « Après tout, explique saint Jean Damascène au VIIIème siècle, si Dieu a fait jaillir l’eau d’un rocher au désert, pourquoi serait-il incroyable qu’il fît jaillir un torrent de grâces du corps des saints ? »

    Comme lorsque nous vénérons les icônes qui portent la présence de la personne (ou des personnes) représenté(es), les reliques nous mettent en présence de la personne à qui elles appartiennent.
    Et le Concile Vatican II rappelle que « selon la Tradition, les saints sont l’objet d’un culte dans l’Église, et l’on y vénère leurs reliques authentiques et leurs images. 
    Il est important respecter le sens religieux du peuple chrétien qui de tout temps a entouré la vie sacramentelle de l’Église par de telles formes de piété légitimes
    En venant vénérer les reliques de sainte Bernadette, nous nous trouvons en sa présence. Prier devant ses reliques, c’est s’adresser à celle qui a vu Marie dans la grotte de Massabielle.
    Nous lui demandons d’intercéder pour nous afin que Marie porte nos prières à son Fils et à notre Père du Ciel. L’esprit Saint nous accompagne dans cette démarche, lui qui a guidé les pas de celle qui disait «  obéir, c’est aimer, obéir pour plaire à Jésus » et avant de mourir, en regardant le crucifix : « Celui-là me suffit. »

 

 

Pin It
  • .