Avec les Cendres, le Carême est lancé

Avec les Cendres, le Carême est lancé

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Carême, L'évêque, News, Non classé on 3 mars 2022

Dans l’ensembles des paroisses de notre diocèse le mercredi des Cendres a été célébré pour lancer la période de Carême et marquer la montée vers Pâques et l’avènement du Ressuscité. Mgr Turini présidait l’office à Canet en Roussillon et lançait également la campagne du CCFD Terre Solidaire. Retour en images. 

Sœurs et Frères,

Nous commençons ce Carême 2022 sur fond de guerre. Il est marqué par cette tragédie qui se joue aux portes de l’Union européenne. Notre jeûne, nos prières, notre solidarité prennent un sens particulier puisque je nous invite à les offrir

  • pour le Peuple Ukrainien,
  • pour les victimes civiles et militaires et surtout
  • pour le rétablissement de la paix et

la fin de cette invasion injuste que la Russie livre à cet Etat indépendant et démocratique qu’est l’Ukraine.

Prendre et m’approprier ce qui ne m’appartient pas sous des prétextes fallacieux va à l’encontre de la solidarité et du partage que ce temps du Carême nous invite à vivre, particulièrement à travers la campagne du CCFD.

La folie hégémonique d’un seul devient une menace pour tous et n’a de fondement que dans l’orgueil et le désir de toute puissance. Il va jusqu’à piétiner des vies et les éliminer pour satisfaire une soif de pouvoir et l’étendre par la violence à un territoire qui n’est pas le sien.

Nous sommes à un tournant de notre humanité qui se joue à quelques 3000 km de kilomètres de chez nous, où l’envahisseur veut dépouiller une population de sa terre, de son identité, de sa culture. Mais la population qui est resté sur place résiste pour défendre sa liberté, même si nous avons le sentiment que c’est le pot de terre contre le pot de fer. Quoiqu’il en soit, la faiblesse ne supprime pas la résistance, parfois même elle la stimule.

C’est dans cette actualité douloureuse que nous vivrons ce Carême, que nous nous préparerons avec les catéchumènes à célébrer dans la nuit de Pâques, la résurrection du Seigneur dans la joie de leur baptême.

La foi nous apprend que dans cette culture de mort, il y a toujours des lueurs de vie et d’espérance, les 42 jeunes et adultes qui seront baptisés en sont, pour nous, le signe.

Oui et c’est vrai, nous sommes tous assis sur une poudrière dans cette nuit qui risque de se prolonger, mais la nuit du tombeau prépare à la lumière du Ressuscité et elle l’annonce. C’est le but du Carême : l’éblouissement de Pâques où résident notre foi et notre espérance.

Mais la nuit, c’est celle des enfants, des jeunes et des adultes qui sont morts en Ukraine sous les bombardements, celle d’une partie de la population russe qui ne veut pas de cette guerre.

 

La nuit c’est celle aussi des milliers de réfugiés jetés sur les routes et qui viennent frapper à la porte de nos pays européen.

La nuit et il ne faut pas l’oublier non plus, comme si une guerre en cachait une autre, ce sont celles qui se poursuivent au Proche-Orient.

La nuit est celle de nos anciens en grande solitude, des malades, des exclus, des pauvres, des sans abri, de notre environnement que l’on pollue et défigure.

La nuit c’est aussi la nôtre, celle de notre péché qui nous empêche de voir toutes ces misères parce que je reste l’aveugle sur le chemin.

Mais la lumière, ce sont l’aide et le soutien qui s’organisent, où chacun à notre niveau avec nos moyens grands pour les nations, plus modestes pour nous, se sent concerné et ému, en éprouvant la nécessité de faire quelque chose.

Appelés à vivre ce pilier du Carême qu’est l’aumône, en additionnant nos forces de solidarité, nous sommes capables de devenir un soleil pour ceux qui, restés en Ukraine, connaissent la nuit des bombardements et des tirs de missiles. Et eux, s’appuient sur cette lumière que nous représentons à leurs yeux pour tenir bon et défendre leurs droits humains.

Oui, dans ce contexte si particulier, par le jeûne, la prière, le partage, le Seigneur veut nous ouvrir les yeux, nous sortir progressivement de nos aveuglements et de nos propres nuits pour devenir lumière du monde.

Le Carême est le chemin du DON. Comment ? En accueillant le DON du Christ pour nous donner nous-mêmes. Une vie qui n’est pas DONNEE, n’est pas une vie pleinement accomplie, pleinement lumineuse. Nous le vivons actuellement.

Dès que des sœurs et des frères en humanité souffrent injustement, nous sommes appelés à nous donner, en sortant de nous-mêmes en offrant selon nos moyens, même si c’est peu. Souvenons-nous de l’offrande de la pauvre veuve au trésor du Temple, Jésus témoigne que c’est sa piécette qui a trouvé grâce aux yeux de Dieu, car elle l’a pris sur son indigence.

Si le Carême n’est pas un temps de conversion, de transformation profonde de notre relation à Dieu, aux autres et à nous-mêmes, il est réduit à néant s’il ne passe pas par le chemin du don de nous-même et de nos biens. En ce sens la campagne du CCFD nous le rappelle avec plus d’acuité.

Dans ce contexte, la prière est don de nous-même à Dieu, sans ostentation, sans grande démonstration publique, comme celle que Jésus dénonce dans l’Evangile. La prière n’est pas une mise en scène pour nous faire voir. Elle se joue dans le sanctuaire de notre cœur, là où Dieu est présent.

Et le jeûner. Il nous appelle à

  • nous libérer de nous-même,
  • lâcher de nous-même, en quelque sorte
  • nous priver de nous-même pour faire place aux autres dans notre vie et au Tout Autre.

Si mon existence est trop encombrée de moi, si je ne parviens pas à me sortir de mon moi encombrant, si je suis toujours autocentré sur moi, j’étoufferai du trop-plein de mon égocentrisme. C’est pour cela qu’il faut parfumer ma tête, me faire beau pour me donner un air de fête et inviter les autres, en leur donnant envie d’entrer dans la danse de ma vie à la suite du Christ.

Dans cet Evangile que nous avons enendu, Jésus nous donne sa propre feuille de route et Il est avec nous pour éclairer notre itinéraire de Carême et transpercer les lourds nuages noirs qui s’amoncellent, par les rayons de sa douce lumière. Que Notre Dame du DON, la bienheureuse Vierge Marie, soutienne notre marche de Carême vers la Pâque de Son Fils et nous aide à recevoir les cendres comme un acte de foi, de conversion et d’Espérance.

AMEN.