Rentrée du Centre théologique Ramon Llull le 16 septembre

Rentrée du Centre théologique Ramon Llull le 16 septembre

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Agenda, Évènements, Non classé on 1 septembre 2022

Le vendredi 16 septembre à 18 h 00, le centre théologique diocésain Ramon Llull fait sa rentrée et vous invite à la présentation de ses programmes, suivie d’une conférence de M. l’Abbé Grégory Woimbée, Docteur en théologie

 » La liturgie au coeur de la vie chrétienne »

Commentaire de la lettre apostolique du Pape François du 29 juin 2022
« Desiderio desideravi »

contact@centretheologique66.com- Réponse souhaitée avant le 12 septembre par mail ou auprès de Sr. Candelas 06 19 78 44 58

4 septembre : Installation du Père Benoît de Roeck comme nouveau curé de la Cté de paroisses Saint Jean Baptiste

4 septembre : Installation du Père Benoît de Roeck comme nouveau curé de la Cté de paroisses Saint Jean Baptiste

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Agenda, Évènements, L'évêque, News, Non classé on 31 août 2022

Dimanche 4 septembre à 10 h 30, Mgr Turini administrateur apostolique du diocèse de Perpignan-Elne, installera le Père Benoît de Roeck comme nouveau curé de la communauté de paroisses Saint Jean Baptiste du centre ville de Perpignan à la Cathédrale. Le Père de Roeck qui était jusque là curé des paroisses Saint Jean Paul II du Ribéral remplace le Père Jean Paul Soulet nommé lui curé de la communauté de paroisses ND de la Côte Radieuse.

Aplec de Font Romeu et Rentrée pastorale le 11 septembre

Aplec de Font Romeu et Rentrée pastorale le 11 septembre

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Agenda, Évènements, News, Non classé on 31 août 2022

Le pèlerinage diocésain Aplec ND de Font Romeu qui marque la rentrée pastorale dans notre diocèse aura lieu cette année le 11 septembre à l’Ermitage ND de Font Romeu à partir de 9 h 30. Ce sera également l’occasion de dire au revoir à notre Père Évêque, Mgr Turini, qui vient d’être nommé Archevêque de Montpellier.
Rendez vous tous à Font Romeu le dimanche 11 septembre.

Rentrée de l’Enseignement Catholique et inauguration de la nouvelle école du Sacré Coeur à Espira de l’Agly

Rentrée de l’Enseignement Catholique et inauguration de la nouvelle école du Sacré Coeur à Espira de l’Agly

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Évènements, L'évêque, News, Non classé, Paroisses on 30 août 2022

C’était sans doute la dernière rentrée de l’enseignement catholique pour Monseigneur Turini dans notre diocèse de Perpignan Elne. Vendredi 26 août, l’administrateur apostolique présidait une messe d’action de grâce à Espira-de-l’Agly pour la rentrée des chefs d’établissements et des assistants en pastorale scolaire de l’Enseignement catholique de l’Aude et des P.O., accompagné de Monseigneur Alain Planet, Évêque de Carcassonne et Narbonne. Ce fut l’occasion d’inaugurer et bénir les travaux de la nouvelle école primaire du Sacré Coeur.

Signature de la convention entre le Procureur de la Republique et le diocèse

Signature de la convention entre le Procureur de la Republique et le diocèse

By Olivier Robert in A la une, Actualités, Actualités & Évènements on 25 août 2022


Ce Mardi 23 Août à 18h, Mgr Turini, administrateur apostolique a signé avec Monsieur le Procureur de la République, Jean-David Cavaillé, le protocole d’accord entre le diocèse et le parquet concernant les signalements de cas relatifs à la pédocriminalité.
C’ est une 1ère dans le département,  et exigée par la Conférence des Evêques de France,  destinée à la transmission des signalements d’infractions sexuelles à la suite des denonciations.

Ce protocole stipule que, lorsque l’autorité diocésaine a connaissance de délits ou de crimes sexuels commis sur des personnes mineures ou majeures par des membres du clergé ou des personnes laïques en mission dans le diocèse, elle en informe le parquet sans délai.

L’analyse de la dénonciation effectuée incombe ensuite au parquet. Ce dernier informe alors en retour l’autorité diocésaine des suites données au signalement.

La mise en place de protocole de ce type existe dans plusieurs diocèses de France et est appelée à se généraliser.

Arrivée au presbytère de l’Eglise St Jacques de la Fraternité des Pauvres de Jésus Christ

Arrivée au presbytère de l’Eglise St Jacques de la Fraternité des Pauvres de Jésus Christ

By Olivier Robert in A la une, Actualités, Actualités & Évènements on 22 août 2022

Arrivées ce jour , Lundi 22 Août 2022 , à l’Eveché de Perpignan, des Soeurs de la Fraternité des Pauvres de Jésus Christ.
Leur mission est d’être au service des pauvres dans le quartier de St Jacques et des alentours.
Ses Soeurs venant toutes du Brésil ont fait une halte à Toulon où la communauté en France est installée depuis 6 ans.
Elles seront logées au prestbytère de l’église St Jacques qui va redevenir ce lieu d’accueil, d’écoute et de prières pour tous ceux qui souffrent.
Nous souhaitons aux Soeurs Judith, Hanna, Juliette, Perle, et Johanna ainsi qu’aux 2 Frères les accompagnant ce jour, Carmelo et Michaël , la bienvenue dans notre Diocèse et nos prières pour les accompagner dans cette très belle mission.
Mgr Norbert Turini, Administrateur Apostolique ainsi que les Pères Benoit De Roeck et Joël Adoue, ainsi que Stéphanie Valdeyron,  économe du diocèse ont accueillis fraternellement les membres de cette belle communauté.

Messe d’action de grâce à Notre-Dame de Lourdes pour le départ du Père Denis Broussat

Messe d’action de grâce à Notre-Dame de Lourdes pour le départ du Père Denis Broussat

By Olivier Robert in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Non classé on 18 août 2022

C’est avec beaucoup d’émotion et de recueillement qu’a eu lieu Dimanche 14 Août , la Messe d’action de grâce pour le départ du Père Denis Broussat.
Ci-dessous, le mot d’accueil de Mgr Turini et l’homélie du Père Broussat.
Merci, cher Père Denis, chère Laurence, votre assistante,  pour tout ce que vous avez apporté à cette Paroisse de Notre-Dame de Lourdes et a l’ensemble du Diocèse.
Belle route à vous.

Le mot d’accueil de Mgr Turini

Cher Denis, chère Laurence,

Je trouve que merci est un mot passe partout que l’on utilise très facilement parce qu’il est court et pratique. Mais l’Eglise pour le dire a une plus belle expression « rendre grâce ». Rendre grâce c’est remercier le Seigneur pour un don ou plusieurs qu’il fait à son Eglise.

En premier c’est Le Seigneur que l’on remercie et c’est bien. Aussi je veux lui rendre grâce pour ce don qu’il a fait de vous Denis et de Laurence à notre Eglise diocésaine. Il vous a donné à nous pour principalement animer ce Centre spirituel Notre Dame de Lourdes, assurer le ministère d’exorciste diocésain depuis 2005 ( 17 ans) et accompagner les groupes de prière du Renouveau et tant d’autres accompagnements spirituels.

Etant moi-même en partance, en ce moment, je médite beaucoup le mystère pascal parce que je crois que nous le vivons à chaque étape de notre existence.

Nous laissons des gens que nous aimons et qui se sont attachés à nous pour revivre ou renaître ailleurs avec toute sa part d’inconnu, de nouvelles rencontres et repartir pour une nouvelle mission.

Plus spirituellement, le Seigneur nous détache de tant de visages familier, de tous ces lieux où nous avons travaillé pour Son Royaume, pour nous attacher là où Il nous appelle et nous envoie. C’est un passage qui se vit dans la prière.

Ce passage, cette Pâque vous avez à la faire et moi, de même.

Mais ce matin dans cette eucharistie vous recueillez les fruits de votre vie donnée, donnée à toutes celles et ceux qui sont venus ici chercher du réconfort, une aide spirituelle, demander pardon, demander une guérison, une libération, déposer un lourd fardeau. Ils étaient présents tous les matins dans votre prière.

Certains ont trouvé la paix, d’autres sont revenus, une fois, plusieurs fois pour trouver un cœur qui accueille, une oreille qui écoute. Et sans vous lasser vous avez commencé, recommencé, continué en vous appuyant sur le Christ votre rocher, votre force.

Mais aussi je veux rendre grâce au Seigneur pour ces milliers de personnes qu’Il vous a confié, que vous avez reçu ici et ailleurs comme un don de Lui : don merveilleux qui a illuminé votre foi, don plus laborieux qui vous a mis à rude épreuve. Mais tout est don avec le Seigneur et tout est grâce.

Je vous souhaite et je pourrai dire je nous souhaite un bon passage. Nous avons un bon passeur, c’est le Christ. Il va nous déposer sur d’autres rives, nous donner à d’autres pour les recevoir. Don pour don. C’est notre vie, notre mission. Que le Seigneur soit béni. Vous qui restez, priez pour nous.

Et puis, après tout, pourquoi ne pas vous le dire bien simplement : Merci Denis, Merci Laurence.

 

Homélie du Père Broussat

Ne nous étonnons pas que vivre en chrétien se fasse parfois

dans des circonstances éprouvantes.

Jésus rappelle dans l’évangile que l’épreuve peut même être vécue

au sein d’une famille, y compris ai sein de la famille qu’est l’Église.

Quel mystère que cette Parole de réconciliation

provoque des divisions jusqu’au sein des familles.

Jésus sait bien de quoi il parle, lui qui a été chassé de la synagogue de Nazareth

et qui a été rabroué par les siens.

Comment est-ce possible ? N’est-il pas le Prince de la paix ?

Il le dit pourtant sans ambages :

« Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ?

Non, je vous le dis, mais plutôt la division ».

Mais il ne faut pas aller trop vite en besogne.

Jésus est venu mettre la division,

mais il n’est pas venu dresser les hommes les uns contre les autres.

Sa Parole fait apparaître la division, mais elle ne la crée pas.

Si les divisions peuvent apparaître au cœur de nos familles,

c’est probablement parce qu’elles existent d’abord dans l’intimité de nos âmes.

Ce qui veut dire que nous n’en sommes pas encore à subir les humiliations

comme le fit le prophète Jérémie.

Avant d’annoncer la Bonne Nouvelle aussi efficacement

que cela mette notre vie en péril,

il faudrait que nous la laissions produire son œuvre de réconciliation

dans nos propres cœurs.

Tant que les compromissions en nous subsistent,

nous courrons avec peine sur les chemins de l’évangile.

« Débarrassons-nous de tout ce qui nous alourdit, nous exhorte donc saint Paul,

et d’abord du péché qui nous entrave si bien ».

Notre Seigneur Jésus nous fait aujourd’hui la confidence d’un désir profond

qui habite son cœur : « Je suis venu apporter un feu sur la terre,

et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! ».

Allons-nous le laisser embraser notre cœur de sa Parole ?

Allons-nous proposer nos cœurs comme relais

pour que le feu du Christ se répande de proche en proche, dans le monde entier ?

Autrement dit, allons-nous accueillir la Parole qui dévoile les divisions

et convertit les cœurs ?

Ce qui domine aujourd’hui c’est la gratitude

Gratitude envers chaque personne de la Trinité et leur indivisible unité.

« Je suis venu apporter un feu sur la terre », nous révèle Jésus,

Ce feu qui vient de son cœur grand ouvert

pour illuminer et purifier tous les hommes.

Puissions-nous nous livrer à l’Esprit Saint pour annoncer l’Évangile

et que tout être humain, dès sa conception,

soit reconnu comme étant à l’image et à la ressemblance de la Trinité.

Gratitude pour les prophètes, les apôtres, les disciples, les martyrs,

les saints et les saintes ainsi que tous les consacrés

dont j’égrène la vie, le rayonnement et le dynamisme

tout au long de l’année liturgique.

Gratitude pour les Perpignanais : sous la protection de notre saint patron,

saint Jean-Baptiste, qu’ils rayonnent dans la préparation des chemins du Seigneur

et de la rencontre du prochain.

Plusieurs conseillers municipaux – de la majorité et de l’opposition –

sont fidèles de la chapelle et sont présents ce jour.

Gratitude pour toutes les messes célébrées pendant ces 17 années,

lieu de communion entre le Bien-Aimé

toujours à la recherche de celle qu’il aime, l’Église.

Gratitude pour tous les autres sacrements que j’ai donnés ou auxquels j’ai participé : confessions, baptêmes, sacrements des malades,

ordinations sacerdotales et diaconales ainsi que les messes chrismales.

Gratitude envers vous Mgr Turini, frère dans le sacerdoce et père dans l’épiscopat, en l’élargissant à Mgr Marceau qui nous a accueilli dans ce diocèse.

J’ai tenu à garder un lien spirituel en y restant incardiné.

Gratitude pour tous mes frères prêtres avec lesquels j’ai prié, réfléchi,

partagé de bons moments d’amitié – et pleuré aussi parfois ! –

J’ai fait le maximum pour vous aider.

Le doyen et le ‘curé, recteur-archiprêtre de la cathédrale’ les représente ici ce jour.

Gratitude pour tous les diacres

que j’ai vu au service de leurs frères dans leur mission.

Pascal Buzenac les représente.

Mais j’aimerai évoquer le beau témoignage pour moi

d’humilité, de service et d’espérance dans la maladie de François Clouet.

Gratitude pour les familles rencontrées qui m’ont aidé à mieux prendre conscience de l’importance de cette cellule de base de la société et de la vie en Église.

Gratitude pour les personnes en situation de mal-être de tout le diocèse

que j’ai accueillies, écoutées et avec lesquelles j’ai prié.

« Toute cette immense nuée de témoins

qui sont débarrassés de tout ce qui les alourdit »

comme dit l’auteur de l’épitre aux Hébreux.

Plusieurs d’entre elles sont présentes en ce jour.

Elles m’ont questionné, enrichi spirituellement

et m’ont permis d’être témoin de conversion et de résurrection.

Jésus ne cesse de les « tirer de l’horreur du gouffre, de la vase et de la boue »

comme l’affirme le psaume de ce jour.

Oui, je l’affirme avec encore plus de vigueur :

Jésus est vainqueur du mal et de la mort spirituelle.

Il est « mon secours et mon libérateur. »

Ref du psaume

Gratitude pour les personnes ou les groupes que j’ai accompagnés :

  • les groupes de prière du Renouveau avec la louange et les soirées ‘pluie de roses’ et ‘parvis miséricorde’
  • le groupe informel de couples : leur questionnement et leur joie -même dans les épreuves –
  • l’Équipe Notre Dame avec le devoir de s’asseoir et la prière conjugale pour transformer les couples,
  • l’accompagnement délicat de personnes divorcées remariées,
  • les interpellations de personnes engagées dans des sectes ou de nouvelles religiosités, etc.

Gratitude pour les fidèles de la chapelle :

  • celles qui prient chaque jour le rosaire,
  • celles qui font le ménage : efficaces, discrètes

L’une d’elle me confiait prier pour le salut de chaque âme du purgatoire pour chaque feuille balayée dans la cour.

  • Celles qui fleurissent,
  • Celles qui entretiennent,
  • Les sacristines qui préparent minutieusement tout pour chaque liturgie
  • Les personnes qui sont à la régie son et image

ou qui programment notre ordinateur,

  • Les servants d’autel des dimanches et de semaine qui ont ce rôle pratique et spirituel d’accompagner le prêtre et les fidèles durant la messe.
  • Les musiciens qui nous accompagnent chaque dimanche
  • tous les professionnels (menuisier, électricien, informaticien, chauffagiste, etc.) qui sont intervenus durant toutes ces années
  • tous les généreux donateurs au denier de l’Église ou pour la chapelle ou pour d’autres appels particuliers. Votre générosité est « géante » !!!

Gratitude pour les nombreux fidèles qui nous suivent sur notre site (plus de 1500 !) partout à travers le monde.

Je vous assure que nous ferons tout notre possible

pour continuer de diffuser prières, enseignements et surtout eucharisties.

Gratitude pour tous les amis qui se sont révélés petit à petit durant ces 17 années.

C’est pour moi une tristesse de m’éloigner de vous

tout en croyant que l’amitié et la prière résistent au temps et à la distance.

Gratitude, la dernière mais pas la moindre,

à Laurence, laïque en mission ecclésiale, soutien priant,

quelque fois explosif (!), mais toujours efficace !

Belle prière de saint François d’Assise :

Lettre à l’ensemble de l’ordre, II,26-29

Que les cieux exultent quand le Christ, Fils du Dieu vivant,

est présent sur l’autel entre les mains d’un prêtre !

Ô merveilleuse noblesse et dignité stupéfiante !

Ô sublime humilité ! Ô humble sublimité !

Le Seigneur de l’univers, Dieu et le Fils de Dieu,

s’humilie tellement que, pour notre salut,

il se cache sous un morceau de pain ordinaire !

Frères, regardez l’humilité de Dieu

et épanchez vos cœurs devant Lui !

Faites-vous tout petit afin que vous soyez exaltés par Lui !

Ne retenez rien de vous-mêmes pour vous-mêmes,

afin que Celui qui se donne totalement à vous puisse vous recevoir totalement!”

Mgr Turini en Cerdagne pour l’assomption et son homélie

Mgr Turini en Cerdagne pour l’assomption et son homélie

By Olivier Robert in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Non classé on 15 août 2022

Fête de l’Assomption de Marie dans le beau village de Palau-de Cerdagne.
Monseigneur Norbert Turini à l’issue de la célébration de la messe qu’il a présidée a béni les nouveaux chocolatiers et leur confrérie avant la traditionnelle et célèbre xicolatada.
Une merveilleuse journée très appréciée par de nombreux fidèles.

Ci-dessous , son homélie.

LUNDI 15 AOÛT 2022                                        

PALAU DE CERDAGNE

ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE

Sœurs et Frères,

Sommes-nous venus chercher ce matin du miraculeux ou du spectaculaire ? Non !

Nous sommes venus contempler le visage d’une maman : Marie la Mère de Jésus.  A travers elle, nous retrouvons celui de toutes nos mères, qu’elles soient toujours avec nous ou parties vers la Maison du Père. L’Assomption est en quelque sorte une fête des Mères en plein été, où la Gloire de Marie se répand sur toutes nos mamans.

La contempler avec le même émerveillement que celui de l’enfant qui naît, celui que nous avons été, et qui découvre pour la première fois avec étonnement le sourire merveilleux de sa maman, tout son amour et toute sa tendresse.

Contempler le visage de Marie qui n’a pas pris une ride parce qu’il est éternel.

Son visage éclairé par l’amour de Dieu, donne à sa maternité sa nature divine.

Ce visage de Marie nous pouvons le regarder en la priant, sans jamais nous lasser, parce que c’est rassurant de voir les yeux d’une maman.

Nous entrons dans le monde à notre naissance à travers ce regard maternel. Il nous suit tout au long de notre vie car pour une maman nous restons toujours son petit. C’est la belle expérience que Jésus lui aussi a vécu en venant demeurer parmi nous. Jusqu’à la croix et dans la joie de la Résurrection, Marie n’a jamais fini de regarder Son Fils, comme elle continue à le contempler aujourd’hui dans la gloire du ciel.

Le regard maternel apaise nos angoisses et nos peurs, et dans les bras d’une maman, on se sent protégé.

Ce qui est miraculeux dans la vie de Marie c’est son amour maternel. Il fait des miracles dans le cœur de celles et ceux qui la prient à Lourdes, à Fatima dans tous les grands sanctuaires ou plus modestement dans nos églises et nos maisons. C’est un amour qui peut guérir.

Oui, la première chose que nous célébrons en cette fête de l’Assomption, c’est l’amour d’une mère dans toute sa plénitude et sa beauté. Marie est glorifiée dans cet amour-là et c’est cet amour qui la glorifie.

Au cœur de cet amour il y a Son Fils, Notre Sauveur. Elle nous l’offre, comme le fruit de son Amour pour Dieu et celui de l’amour de Dieu pour elle.

Jésus passe avant elle et elle s’efface devant lui.

N’est-ce pas l’attitude normale d’une maman que de faire passer ses enfants avant sa propre vie ? De les mettre en valeur en premier, comme ce qu’elle a de plus beau et de plus précieux à présenter ?

Marie en est le témoignage éloquent.

Marie n’est pas une mère possessive ou captatrice qui veut son enfant pour elle seule, mais en consentant à devenir Mère de Jésus, par son Fiat, elle a compris que sa façon d’aimer serait de toujours donner son Fils au monde de génération en génération, d’âge en âge.

Dieu a glorifié en l’attirant vers Lui avec Son Corps et son âme, celle qui a porté en son sein le divin corps de Son Fils et qui continue à l’offrir à tout le genre humain.

C’est ce que nous fait découvrir le récit de la Visitation. Marie ne peut pas garder pour elle, le cadeau de sa maternité divine. Il faut qu’elle le partage, qu’elle le communique, qu’elle s’en émerveille et qu’elle chante sa joie et son action de grâce à sa cousine Elisabeth. Ce sont deux mamans qui célèbrent entre elles les merveilles de Dieu, qui se rencontrent dans la louange et l’action de grâce pour célébrer tout ce que le Seigneur a fait pour elles.

Alors les kilomètres entre Nazareth et Ein Karim aux portes de Jérusalem, les fatigues du voyage et les dangers de la route ne comptent pas pour cette ardente jeune fille qui part à toute vitesse, nous dit Luc, comme dans l’urgence, raconter ce qui lui arrive et chanter son bonheur et sa joie, chanter son Dieu qui fait d’elle la Mère de Son Fils.

Quelques paroles de salutation de sa part suffisent pour qu’Elisabeth, sa cousine, comprenne dans l’Esprit Saint que la vie divine habite Marie et déborde de son cœur   au point de l’atteindre, de la bouleverser elle, Elisabeth, jusqu’à toucher l’enfant qu’elle porte et qui tressaille d’allégresse.

Ainsi se réalise

la rencontre entre l’enfant de l’ancien et celui du nouveau testament, entre le Baptiste et le Christ en puissance !                 La vie avant la Le temps depuis l’éternité.

Et deux chants s’élèvent celui d’Elisabeth à Marie : «  Tu es béni entre toutes les femmes………Heureuse es-tu d’avoir cru ».

Celui de Marie à Elisabeth qui crie sa joie dans son Magnificat : « Mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur ».

Marie continue à chanter MAGNIFICAT dans le cœur de l’Eglise qui vénère celle que le Père a associée pleinement à la Résurrection de Son Fils. Accompagnée par cette Mère sans pareille, faisons de nos vies un merveilleux Magnificat. AMEN

Messe pour le festival Pablo Casals : Une dernière pour Mgr Turini

Messe pour le festival Pablo Casals : Une dernière pour Mgr Turini

By Olivier Robert in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Non classé on 14 août 2022

 

L’Église  paroissiale St Pierre était comble pour participer à la traditionnelle Messe du Festival de musique Pablo Casals .L’office fut concélébré par Monseigneur Turini Administrateur du diocèse de Perpignan-Elne et du clergé du Conflent ( Père Martin Gabet curé de Prades, Père François Glory curé d’Ille / Têt , des diacres paroissiaux Pascal et Marc ) .

L’homélie de Monseigneur Turini fut un vibrant et émouvant éloge à la musique , langage universel de toutes croyances , à la beauté et à l harmonie du monde dont Pablo Casals fut l’ambassadeur incontesté de la Paix et de l ‘espérance . La messe fut accompagnée avec ferveur et brio par les chorales : Altitude et Maîtrise St Joseph apportant un moment de grâce et de foi à l assemblée .S. A

A la sortie de l office Monseigneur Turini entouré du clergé a pu dialoguer avec les paroissiens

Ci-dessous l’homélie de Mgr Turini

HOMELIE DU PERE EVEQUE MESSE DU FESTIVAL PABLO CASALS 72° ANNIVERSAIRE EGLISE DE PRADES DIMANCHE 07 AOÛT 2022

Sœurs et Frères,

La musique est un langage universel qui n’a pas de frontière. Elle nous rassemble

  • autour des plus grands compositeurs comme des plus modestes,

  • autour de grands interprètes, comme de débutants,

  • autour d’œuvres très connues et d’autres qui le sont moins.

Dans une salle de concert, dans une église ici ou à l’autre bout du monde, la musique rapproche des hommes et des femmes

  • de tous horizons,

  • de toute sensibilité,

  • de toute croyance ou pas.

Avec leur histoire propre et leurs différences, ils communient ensemble à la beauté et à l’harmonie d’une œuvre.

« La musique créée en nous une émotion et même si elle ne dure pas elle nous comble parfaitement et ressemble

à quelque chose d’éternel ». (Mgr Jean-Louis Bruguès, … Voici la lourde nef, Conférences Carême 2022, ND de Paris, le Cerf)

Pablo Casals l’avait compris au point que ce langage universel de la musique, il l’a mis au service de la paix. Il en a été le talentueux interprète avec son violoncelle et le merveilleux ambassadeur avec sa forte personnalité.

La musique était pour lui un gage de paix entre les hommes et toute sa vie il a milité pour cela.

Participer au Festival Pablo Casals que l’on soit artiste ou auditeur nous conduit à accueillir ce message du Maître, pour en être les héritiers et les protagonistes.

Repartir du Festival avec le bonheur d’avoir écouté de la belle musique, c’est bien, mais devenir à notre t

our des chantres de la paix comme lui, c’est mieux.

Au moment où je célèbre ma dernière messe du Festival avant de gagner Montpellier, ce que je vous partage je l’ai appris de ce Festival et de Pau Casals qui en est l’âme et l’origine : la musique doit véhiculer la paix, sans cette paix, pas de bonheur, pas de plénitude de vie, pas de fraternité, pas de justice, pas d’espérance.

A propos d’espérance, j’entends encore résonner en moi ces paroles prophétiques du Pape St Paul VI qui en octobre 1965 à la clôture du Concile Vatican II s’adressait ainsi aux artistes : « Ce monde dans lequel nous vivons a besoin de beauté pour ne pas sombrer dans le désespoir ».

57 ans après cette parole pontificale n’a rien perdu de son actualité. Et Paul VI de poursuivre en s’adressant toujours aux artistes : « Vous êtes les gardiens de la beauté de notre monde ».

Ainsi se dessine pour moi la vocation de l’artiste dans l’esprit de Pablo Casals et de Paul VI: « Messager de la paix, gardien de la beauté ».

Amis artistes, devant notre monde actuel marqué

  • par la résignation

  • l’agressivité, la violence, la guerre,

  • marqué par un manque de confiance dans les relations humaines,

  • par une espérance qui s’affaiblit,

vous continuez à cultiver la beauté par la musique, à temps et à contre temps.

Vous savez par expérience que la beauté libère de l’obscurité, notre vécu quotidien, pour le transfigurer afin de le rendre lumineux et beau.

Paix et beauté ne sont pas loin l’une de l’autre, La Paix est naturellement belle et la beauté porte en elle la douceur de la paix.

Mais la beauté, comme la paix sont aussi un chemin, une voie qui nous conduit à la transcendance. On dit souvent d’une œuvre musicale qu’elle nous transporte, qu’elle nous élève. Où ? Sinon Au-delà de nous-mêmes pour nous laisser deviner, appréhender des réalités que l’œil ne peut voir.

La beauté musicale et la paix qu’elle nous apporte contiennent en elles cette capacité

  • d’ouvrir et d’élargir les horizons de la conscience humaine,

  • de nous pencher sur l’abîme de l’infini,

  • de nous ouvrir une issue vers le Transcendant, vers Dieu,

(Benoît XVI, Rencontre avec les artistes 21 novembre 2009).

  • Cette ouverture à plus que nous-mêmes,

  • cette découverte que notre existence est plus grande que tout ce que nous pouvons en dire ou en vivre,

  • cet appel permanent à un dépassement de nous-même pour tendre vers toujours plus grand et toujours plus haut

sont tous trois, si proches de la foi, que si la beauté musicale touche à l’inaccessible, la foi au Christ y conduit pour être la porte qui ouvre sur la vie éternelle.

Cette quête est déjà présente dans la recherche de nos pères. Nous l’avons entendu dans la seconde lecture : « la foi est une façon de posséder ce que l’on espère et un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas.

Et c’est ainsi que grâce à leur foi, Abraham, Isaac, Jacob attendaient la ville qui aurait de vraies fondations, la ville dont Dieu lui-même est le bâtisseur et l’architecte et qu’ils aspiraient à une patrie meilleure ».

Le monde de Dieu et le monde de l’art sont si proches que le Pape St Paul VI, ami des artistes disaient : « Votre art est celui de saisir du ciel de l’esprit, ses trésors et de les revêtir de mots, de sons, de couleur, de forme, d’accessibilité ».

Et en retour Benoît XVI affirme : « la foi n’ôte rien au génie de l’artiste, au contraire elle l’exalte et le nourrit, elle l’encourage à franchir le seuil et à contempler avec des yeux fascinés et émus le but ultime et définitif, le soleil sans crépuscule qui illumine et embellit le présent ».

L’Evangile qui a été proclamé, met en valeur la figure du serviteur. Elle nous rappelle que la vie chrétienne ne se joue pas en terme de pouvoir, mais de service, en étant toujours en état de veille, prêts à répondre aux besoins et aux appels de ceux qui se tournent vers nous.

Amis musiciens, vous avez reçu des dons, des talents, une sensibilité, non seulement pour les mettre au service de l’exécution et de la création musicale, mais pour les mettre à notre service comme vous le faites ce matin au cours de cette messe et pendant le festival.

Nous vous demandons ce service, parce que nous en avons besoin pour la paix de notre âme, pour nous laisser s

aisir par la beauté, pour entretenir en nous cette flamme fragile de l’Espérance, faire chanter notre foi et « entonner les chants de louange des pères ».

Tout ce qui vous a été donné, vous nous le communiquez, et plus vous nous le communiquez, plus nous accueillons les merveilles de votre art et plus vous recevez davantage, pour en atteindre le sommet. Merci.

Il en va de même pour le témoignage de notre foi, plus nous la communiquons, plus elle trouve un écho dans le cœur des autres et plus elle fructifie en nous.

« Messagers de la paix, gardiens de la beauté au service de tous ». Voilà me semble-t-il de quoi remplir une vie d’artiste tout autant que nos propres vies.

Marie, dans son Magnificat chante Dieu et ses merveilles. Elle y met tout son cœur toute sa foi et son espérance, elle l’humble servante du Seigneur. Qu’elle vous inspire des chants de joies, de paix, de bonheur et d’espérance pour nous garder toujours en état d’émerveillement. AMEN.

 

Messe de réparation à Saint François d’Assise

Messe de réparation à Saint François d’Assise

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, L'évêque, News, Non classé, Pages, Paroisses on 5 août 2022

Jeudi 4 août, Monseigneur Norbert Turini, administrateur apostolique du diocèse de Perpignan Elne, a présidé une messe de réparation en l’église Saint François d’Assise de Perpignan qui avait été profanée quelques jours auparavant. Il était assisté du Père Florimond, prêtre de la Communauté de Paroisses de la Sainte Famille. L’assistance était nombreuse pour faire corps et montrer que plus que jamais les catholiques sont soudés face à de tels agissements.