Philippe & Vincent ordonnés diacres, retour en images et en vidéo

Philippe & Vincent ordonnés diacres, retour en images et en vidéo

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Évènements, L'évêque, News, Non classé, Sacrements on 27 juin 2022

Le 26 juin, Mgr Turini, évêque de Perpignan Elne, en présence de Mgr Centène évêque de Vannes et de Mgr Marceau évêque émérite de Nice, a ordonné diacres en vue du sacerdoce Philippe Peracaula et Vincent Benito à la Cathédrale Saint Jean Baptiste. Une belle célébration qui annonce la grâce de compter d’ici un an deux nouveaux prêtres pour notre diocèse. Retrouvez ci-dessous les images de la célébration et l’homélie de Mgr Turini.

Tikala Malamu Dieudonné Lokuli

Tikala Malamu Dieudonné Lokuli

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Évènements, L'évêque, News, Sacrements on 22 juin 2022

Mardi 22 juin, Monseigneur Turini, accompagné de nombreux prêtres diocésains et d’ailleurs, a célébré les obsèques du père Dieudonné Lokuli disparu brutalement le 18 juin. Nombreux ont été les témoignages pour rendre hommage à ce prêtre congolais, arrivé dans notre diocèse en 2002 et qui avit su gagner le coeur des catalans par sa gentillesse et sa joie de vivre. Malgré les épreuves d’une vie et après avoir défié la mort, « Dieudo » comme on le surnommait affectueusement, avait su trouvé sa place ici, d’abord à Ille sur Têt, puis à Thuir et dernièrement à Canet en Roussillon. Il manquera à toute la communauté mais de là où il est, auprès du Père, il pourra contempler l’oeuvre du Christ à laquelle il a contribué en donnant sa vie à Dieu.

Ci-dessous la magnifique homélie du Père Francis Waffelaert sur le parcours incroyable du Père Dieudonné.

Homélie obsèques Père Dieudonné LOKULI YONGONGA

Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris, que son nom soit loué ! C’est avec cette phrase qu’était annoncé samedi sur le site du diocèse de Bokongu Ikela, le décès du Père Dieudonné LOKULI

Vous qui avez connu Dieudonné, vous savez que son nom signifie : don de Dieu. Aujourd’hui nous voilà auprès de son corps mortel, rassemblés à la fois dans la peine de son départ aussi subit, et dans l’action de grâce de l’avoir fréquenté en tant que prêtre et en tant qu’homme. Notre assemblée rejoint aussi, par-delà l’espace, les amis du diocèse de Bokongu-Ikela qui depuis samedi ne cessent, sur le site internet, de manifester leur peine et leur amitié.

Comme le dit la lettre aux Hébreux au chapitre 12 : nous sommes comme  » des étrangers et des voyageurs…à la recherche d’une patrie ».  Notre vie n’est pas une parenthèse sur cette route vers la patrie céleste, elle est, je dirais,  » la route elle-même « , car c’est dans le quotidien de nos vies que se noue et se développe l’alliance que Dieu veut établir avec chacun d’entre nous, que se déploie l’appel que Jésus lance à tous ceux et celles qui veulent le suivre comme disciple et témoin.

L’histoire de Dieudonné reflète tout cela : Dieudonné LOKULI est né au Congo en 1962 dans un village de la province de l’Equateur, à peu près à 300 klm de là où je suis né, plus au Nord que lui.

Après son examen de maturité, Dieudonné est entré dans l’année de propédeutique à Boende en 1982, puis a fait le cycle de philosophie jusqu’en 1986 à Mbandaka, et enfin le cycle de théologie au séminaire de Lisala jusqu’en 90 : il a été ordonné prêtre le 15 septembre 1991 pour ce diocèse de Bokongu-Ikela, créé en 1961 par les missionnaires du Sacré Cœur, dont est issu l’actuel Evêque Mgr Toussaint ILUKU, et dont il y a un prêtre représentant ici.

Après son ordination, Dieudonné fut d’abord vicaire à Bokela, puis vicaire à Ikela, puis curé de Yalifafu, dans la zone pastorale de Bokela. L’année 1997 fut une année de tragédie pour cette province de l’Equateur, traversée justement pendant quelques mois, en dessous de la rivière Tsuapa, par le front de la guerre civile entre l’AFDL et les militaires zaïrois. Les villages étaient incendiés, ravagés, et Dieudonné, avec ses paroissiens, devait se réfugier dans la forêt, jusqu’au jour où il fut victime d’une tentative d’assassinat. Il fut gravement blessé d’une balle au cou et à la mâchoire. Heureusement, on put le transporter jusqu’à Kinshasa, où il put être soigné, et il passa quelque temps à la paroisse Saint Paul de Barumbu (district de Kinshasa). En 2000 il fut transféré en Belgique, à l’hopital universitaire de Louvain, pour que sa blessure soit bien guérie. Heureusement les chirurgiens ont pu sauver son beau sourire. Là, il put exercer dans le diocèse de Namur comme vicaire et suivre des cours de théologie à l’institut Lumen Vitae. Je crois que c’est déjà en 2000 qu’il vint à Perpignan pour un replacement d’été. En 2002, Mgr André FORT l’accueillit dans notre diocèse et le nomma curé à Ille sur Têt.

Il faut dire qu’à cette époque, le diocèse de Bokongu Ikela était en ruines, à la suite de la deuxième guerre du Congo, qui vit la ville d’Ikela complètement détruite en 1998. Les prêtres étaient dispersés, il n’y avait plus d’évêque, le diocèse resta pratiquement  » fermé  » pendant 5 ans. S’il était rentré, Dieudonné risquait sa vie. Il se sentait menacé. Nous avons du mal à imaginer cela, mais Dieudonné le vivait à distance avec tristesse. Certains membres de sa famille perdirent d’ailleurs la vie tragiquement.

Mais l’amour du pays était toujours présent chez lui, qui avait du s’exiler par nécessité. Il fonda avec des amis à Ille, l’association TET-TSUAPA, qui continue à agir pour des œuvres d’éducation et de santé dans la région et dont je salue les membres ici présents. Après Ille, ce fut Thuir en 2008, et en 2010 Mgr Marceau me demanda d’être avec lui comme vicaire dominical. L’an dernier, il fut nommé curé in solidum dans la communauté de paroisses ND de la Bonne nouvelle.

Entretemps, en 2005, le diocèse de Bokongu Ikela reçut enfin un evêque… Mais cette période ne fut cependant pas faste, ni pour le diocèse de Bokongu, ni pour Dieudonné. Il ne faut pas le cacher, il y eut une grande incompréhension entre l’Evêque et ses prêtres, et aussi les fidèles, qui avaient subi les difficultés et les horreurs de la guerre, dont j’ai parlé plus haut. Certains prêtres, qui ont osé pétitionner, furent écartés par l’Evêque, qui accusa nommément en 2010 Dieudonné d’avoir été un des fomentateurs de la révolte. Avec le Père Pascoual, je l’ai alors aidé, avec la recommandation de Mgr Marceau, à se défendre de ces fausses accusations, qui lui ont causé beaucoup de peine intérieure. Aujourd’hui cet évêque a été promu ailleurs… et avec Mgr ILUKU, le tout nouvel évêque depuis deux ans, tout cela est oublié, il ne reste que le prêtre Alexandre avec qui je suis en lien, qui est resté malheureusement écarté. Mgr ILUKU nous a envoyé d’ailleurs par Internet toutes ses condoléances

La première lecture de cette messe nous fait entendre les paroles de Saint Jean, qui peuvent être résumées par cette phrase que l’on chante : « celui qui aime, a déjà franchi la mort : rien ne pourra le séparer de l’amour du Dieu vivant. » La mort, Dieudonné l’a vue de près, lorsqu’on a tiré sur lui, lorsqu’il a vu des gens tués autour de lui, des femmes violées et des enfants massacrés, et lorsqu’il a appris la mort tragique d’êtres chers. Mais le Congo a une force de résilience, la délégation présente dans notre assemblée peut en être le témoin. Lors du décès de sa maman, en 2016, un hommage public a été rendu à cette femme chrétienne qui était un exemple de force tranquille pour les populations. Dieudonné m’avait raconté les hommages à sa maman lors des obsèques auxquelles il était allé participer là-bas.

Du psaume 62, qui nous a été proposé, je retiens ce verset : « ton amour vaut bien mieux que la vie : tu seras la louange de mes lèvres ». Malgré ses épreuves, Dieudonné était souriant, car il aimait la vie. Il aimait manifester cet amour de Dieu qui était en lui, par le chant et la danse. Il a célébré avec joie ici même il y a quelques années les 25 ans d’ordination.

L’Evangile nous a fait entendre cette parole : « de toutes les nations, faites des disciples« . Aujourd’hui, notre diocèse ancien accueille des missionnaires comme Dieudonné, venus des « églises jeunes », qui viennent en « missionariat » selon l’expression de Mgr Marceau, pour aider nos paroisses à vivre en communauté de disciples et témoins.

Disciple du Christ, appelé comme prêtre, Dieudonné avait choisi d’être membre de la fraternité des prêtres de Saint Charles de Foucault. Par désir, par sa personnalité, et sans doute par sa spiritualité, Dieudonné était plus frère que père, davantage accompagnateur que gouvernant. Son sourire n’était pas ingénu, il avait de l’humour, et quelque fois il me faisait la réflexion : « çà ; ce sont des discussions de blancs. » Il aimait beaucoup « la palabre », faite d’amitié, les soirées entre amis. Malgré la joie qu’il extériorisait, il m’a exprimé quelquefois la tristesse et la crainte qu’il avait de la solitude. Il avait un petit côté « sapeur » (les congolais me comprennent) qui le rendait jeune.

Prêtre à la manière des apôtres, Dieudonné a vécu le déracinement et l’adaptation nécessaire à une autre culture et un autre mode de vie. Il a pu reconnaître l’appel fondamental de Dieu, et les appels successifs, en reconnaissant la voix qui appelle, relève, qui retentit en soi-même, qui fait vivre et exister ; non pas pour rester seul, mais pour vivre avec d’autres, exister avec le peuple de Dieu, où il a pu trouver sa place, et habiter à sa manière propre sa vocation de prêtre.

Pour un prêtre, répondre à l’appel à suivre Jésus, ne se résume pas à se trouver une place au soleil pour œuvrer dans sa vigne. C’est entrer dans un compagnonnage, dans une expérience d’intimité qui ouvre sans cesse sur de l’inédit, des surprises, mais aussi sur un enchantement qu’on n’a jamais fini d’explorer. Il se passe pour chacun et chacune de nous un périple rempli de situations de vie, de moments intenses parfois, ou quelquefois plus douloureux, avec des amitiés et des relations de toutes sortes. C’est la vie, notre vie, qui se tisse au fil des jours qui passent. Cela s’est passé pour Dieudonné, votre présence ici le manifeste, ainsi que tous les témoignages d’amitié que nous lisons sur les réseaux sociaux. C’est à travers les méandres de la vie, et aussi la banalité du quotidien, que le chrétien, le prêtre, disciple et témoin de Jésus, comme Dieudonné, perçoit le « fond divin » de l’existence, et laisse entrevoir la beauté cachée, enclose sous l’écorce humaine, une beauté qui éclate en vie éternelle pour Dieudonné aujourd’hui.

 » Car ton amour vaut bien mieux que la vie  » : Jésus-Amour se tient à la porte et nous dit:  » Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je souperai avec lui et lui avec moi  »   (Apoc 3, 20). Déjà, dans cette célébration nous sommes invités nous asseoir et à manger « avec Lui, et Lui avec nous » par cette eucharistie qui est pour nous un signe, et un avant-goût des noces éternelles de l’Agneau que je nous souhaite à tous.

OPEMA NA BOBOTO FAFA DIEUDONNE – NZAMBE AYAMBA MOLIMO BUA YO, BOKULAKA DIEUDONNE

+ Francis WAFFELAERT

Marie réveille et transporte les pèlerins à Lourdes durant quatre jours

Marie réveille et transporte les pèlerins à Lourdes durant quatre jours

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Évènements, L'évêque, News, Non classé, Sacrements on 30 mai 2022

Le traditionnel pèlerinage diocésain dans le sanctuaire marial pour le pont de l’Ascension s’est déroulé du 26 au 29 mai. En tout, plus de 600 pèlerins de notre diocèse ont vécu ce voyage au rythme des célébrations, des temps de partage, de prière, de « brancardage » des frères malades, des veillées,.. Après deux ans sans cette respiration spirituelle, ils étaient tous enchantés de pouvoir revenir à la grotte de Massabielle, toucher la roche, vivre en communion avec Sainte Bernadette, participer aux processions, recevoir les sacrements… Une belle aventure à revoir en images.

Yann Marlic admis au diaconat permanent le jour des 50 ans de l’institution

Yann Marlic admis au diaconat permanent le jour des 50 ans de l’institution

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Évènements, News, Non classé, Paroisses, Sacrements on 23 mai 2022

Dimanche 22 mai, en l’église ND des Flots à Canet, Yann Marlic a été admis comme candidat au diaconat permanent pour le diocèse de Perpignan Elne. Il avait été interpellé il y a quelques années déjà et après une longue formation, le voilà qui vient de revêtir l’aube avant de recevoir les ministères institués (lectorat et acolytat en octobre prochain) , en vue de l’ordination diaconale.

Les jeunes de l’Enseignement Catholique préparent leur 1ère communion

Les jeunes de l’Enseignement Catholique préparent leur 1ère communion

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Évènements, News, Non classé, Sacrements on 26 avril 2022

Mardi 19 avril, l’enseignement catholique du diocèse de Perpignan-Elne a vécu une bien belle journée  à l’occasion de la récollection de la Première Communion de 265 jeunes de 9 établissements scolaires du diocèse, en présence de Madame Danielle Sciaky, animatrice de chants catéchétiques et de Madame Catherine Saby, déléguée épiscopale de l’Enseignement Catholique des diocèses de l’Aude et des Pyrénées-Orientales. Les enfants des neufs établissements recevront le sacrement de l’Eucharistie en fin d’année scolaire 2021/2022 .

Émouvant hommage aux huit victimes de Saint-Laurent de la Salanque

Émouvant hommage aux huit victimes de Saint-Laurent de la Salanque

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Agenda, L'évêque, News, Non classé, Sacrements on 20 février 2022

Samedi en fin d’après midi, de nombreux fidèles et habitants de La Salanque se sont réunis en l’Église de Torreilles pour rendre un hommage recueilli aux huit victimes et blessés de l’explosion de Saint Laurent de La Salanque. Une messe a été célébrée en mémoire des disparus et présidée par Mgr Turini accompagné du Père Jean Clavaguera, curé de la paroisse.