Le diocèse célèbre l’amour des couples

Le diocèse célèbre l’amour des couples

By vincent in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Évènements, L'évêque, News, Non classé on 16 février 2022

Lundi 14 février, en la cathédrale Saint Jean Baptiste de Perpignan, Mgr Turini a célébré une messe da la Saint Valentin. L’occasion de célébrer l’amour des couples du diocèse et de proposer à ceux présents lors de cet office de renouveler leur voeux d’engagement mutuel.

« Sœurs et Frères,

J’espère que votre vie ne manque pas de sel. Mais en vous regardant, je me dis que si vous êtes là ce soir, c’est parce que vous avez su durant toutes vos années de mariage, donner du goût à votre amour, pour qu’il conserve cette saveur si particulière qui imprime

  • dans chaque couple,
  • chaque famille

son caractère propre et lumineux.

Mais comment, me direz-vous, peut-on donner ce goût exceptionnel à l’amour qui cimente un couple, une famille ? C’est si simple et si dur à la fois :

  • en cherchant à faire le bonheur de l’autre avant le sien propre,
  • ou plus précisément, en trouvant sa joie quand on sent l’autre pleinement heureux et que l’on y a contribué par le don de soi-même.

L’amour a un goût exceptionnel aussi

  • quand on consent à ne pas décider à la place de l’autre, croyant que ce qui me plaît doit lui plaire aussi,
  • quand je place sa liberté au-dessus de mon seul plaisir,
  • que j’ai assez de patience pour me mettre à son rythme en prenant le temps de l’écouter, en se donnant du temps aussi pour se parler et vivre ainsi une réelle réciprocité affective qui, petit à petit, construit l’harmonie de notre couple.

L’amour a un goût exceptionnel également

en respectant la dignité de celui ou celle qui partage ma vie, pour que je ne le réduise pas à mes caprices, à mes envies, à mes désirs mais que j’apprenne aussi à accueillir les siens et à les associer aux miens, à mesurer sa grandeur d’âme. L’amour commence par le respect de l’autre.

Il faut rire de nous-mêmes et de nos défauts, source fréquentes de disputes

  • parce que cet humour nous permet de ne pas nous fermer l’un à l’autre mais de rester ouvert l’un à l’autre,
  • parce que ce qui nous unit va bien au-delà de ce qui pourrait nous éloigner l’un de l’autre, et ce qui nous unit nous conduit à être tout l’un pour l’autre.

Bref, pratiquer cette alchimie qui consiste à ne pas se prendre au sérieux tout en prenant notre amour au sérieux.

L’amour a encore un goût exceptionnel

  • quand je ne veux pas l’exclusivité, mais que j’ai compris qu’aimer c’est partager et qu’à partir du nous de notre couple, il y a place pour accueillir tant de vies et de visages amies  qui viennent enrichir notre amour, et bien entendu nos enfants qui en sont les beaux fruits et qui viennent le confirmer.
  • Quand je me réjouis de la réussite de l’autre et n’en suis pas jaloux, mais qu’au contraire son épanouissement me rend heureux et contribue au mien.

L’amour a toujours un goût exceptionnel

si l’on sait se donner quotidiennement du temps pour le dialogue et que l’on ne se couche pas sans s’être demandé pardon, sans s’être dit merci. « Merci à toi de m’aimer, merci à toi d’exister et de remplir ma vie, merci de me rendre heureux, heureuse, merci pour nos enfants. Ils sont toujours les plus beaux du monde !! ».

  • Demander pardon, c’est aussi une autre façon de dire : « Je t’aime ».
  • Dire merci, c’est aussi rendre grâce à Dieu pour le don qu’Il me fait de celui ou celle qui partage ma vie.

Il a toujours un goût exceptionnel

  • quand j’ai compris qu’aimer c’est prendre soin de la santé de l’autre, de son confort de vie, de son âme, de sa foi, de sa vie intérieure.

L’amour enfin a une saveur exceptionnelle

  • quand je découvre que l’autre n’est pas moi et qu’il a droit à son espace de vie. Ne faire plus qu’un, ne veut pas dire ne plus faire deux, comme si l’une ou l’un absorbait l’autre, le digérait et le faisait disparaître. J’ai eu l’impression certaines fois, en rencontrant des couples que l’un ou l’autre n’existait plus et qu’un ou une seule occupait tout l’espace.

Vous devez vous demandez, mais comment ce vieux célibataire qui nous parle peut-il nous donner tant de conseils et il y en aurait bien d’autres !! Je ne le fais pas de moi-même, mais au nom de l’amitié et de l’affection que nous prêtres et évêques, nous vivons avec des couples et des familles. Amitié, affection qui nous font du bien, desquelles nous apprenons beaucoup.

Alors soyez sel, l’un pour l’autre, en en versant les grains jour après jour sur votre amour, afin qu’il trouve de plus en plus chaque jour, sa pleine saveur et sa plénitude au goût d’éternité.

 

©Photos P. Duplan

 

Et Jésus où est-il ? Au cœur même de la belle aventure de votre amour. Il nous appelle à être le sel de la terre et la lumière du monde parce qu’Il l’est lui-même pour l’Eglise, pour l’humanité, et qu’ainsi par la saveur et la joie de Sa Bonne nouvelle, il nous aide

  • à conserver le meilleur de l’amour et
  • à le purifier de tout ce qui pourrait le souiller, voire le détruire.

Il ne se place pas au-dessus en surplomb, mais il marche à vos côtés. C’est aussi l’engagement qu’il a pris avec vous le jour où vous vous êtes unis l’un à l’autre devant Lui. Il s’est engagé à cette proximité, parce qu’il ne vous aime pas de loin, mais de tout près, de très près.

Puisqu’il se tient à vos côtés, Il est le témoin permanent de votre histoire d’amour. J’ai envie de vous dire qu’il la connaît par cœur au sens fort de l’expression. Il la lit, l’accueille, l’accompagne, la découvre, la contemple dans votre cœur.

N’hésitez pas dans votre prière à lui demander : « Jésus que devons-nous faire ? Tu nous connais, tu connais le meilleur et le moins bon de notre vie, reste avec nous quand le jour baisse sur notre couple, notre famille et, que nous n’y voyons plus très clair. Sois notre lumière pour qu’à notre tour nous soyons lumière. 

Pour conclure, j’emprunte ces dernières paroles au Cardinal André Vingt Trois, archevêque émérite de Paris, dans une très belle homélie pour la Saint Valentin qu’il prononçât le 11 février 2007.

« Le mariage d’un homme et d’une femme pour toujours, pour accueillir et élever des enfants,

  • ce n’est pas un modèle périmé,
  • ce n’est pas un modèle, dont on ne se sert plus ; c’est le modèle qui sert ;
  • ce n’est pas le modèle des « has been  » ou des ringards, c’est le modèle de jeunes hommes ou de jeunes femmes qui sont aujourd’hui parmi nous ;
  • ce n’est pas le modèle des bonnets de nuit, c’est le modèle de gens

-heureux de vivre,

-heureux d’accueillir leurs enfants,

-heureux de les aimer,

-heureux de les élever ;

  • ce n’est pas le modèle de gens contraints à qui on imposerait un cadre dont ils ne veulent pas,
  • c’est le modèle que vous avez choisi et que vous essayez de mettre en oeuvre jour après jour.

Nous sommes ici réunis pour dire simplement que l’engagement de l’homme et de la femme pour toujours est un bon moyen de vivre.

  • On n’est jamais heureux à 100% mais heureux quand même ;
  • on n’est jamais heureux sans accident, mais heureux quand même,

heureux et joyeux autour de vos enfants. »

Avec Marie Notre Dame des Foyers, rendons grâce pour votre bonheur, votre joie, et le chemin que vous avez parcouru ensemble, pour celui qu’il vous reste à parcourir avant de vivre dans la Maison du Père, les noces éternelles. »

AMEN.