Messe d’action de grâce à Notre-Dame de Lourdes pour le départ du Père Denis Broussat

Messe d’action de grâce à Notre-Dame de Lourdes pour le départ du Père Denis Broussat

By Olivier Robert in A la une, Actualités, Actualités & Évènements, Non classé on 18 août 2022

C’est avec beaucoup d’émotion et de recueillement qu’a eu lieu Dimanche 14 Août , la Messe d’action de grâce pour le départ du Père Denis Broussat.
Ci-dessous, le mot d’accueil de Mgr Turini et l’homélie du Père Broussat.
Merci, cher Père Denis, chère Laurence, votre assistante,  pour tout ce que vous avez apporté à cette Paroisse de Notre-Dame de Lourdes et a l’ensemble du Diocèse.
Belle route à vous.

Le mot d’accueil de Mgr Turini

Cher Denis, chère Laurence,

Je trouve que merci est un mot passe partout que l’on utilise très facilement parce qu’il est court et pratique. Mais l’Eglise pour le dire a une plus belle expression « rendre grâce ». Rendre grâce c’est remercier le Seigneur pour un don ou plusieurs qu’il fait à son Eglise.

En premier c’est Le Seigneur que l’on remercie et c’est bien. Aussi je veux lui rendre grâce pour ce don qu’il a fait de vous Denis et de Laurence à notre Eglise diocésaine. Il vous a donné à nous pour principalement animer ce Centre spirituel Notre Dame de Lourdes, assurer le ministère d’exorciste diocésain depuis 2005 ( 17 ans) et accompagner les groupes de prière du Renouveau et tant d’autres accompagnements spirituels.

Etant moi-même en partance, en ce moment, je médite beaucoup le mystère pascal parce que je crois que nous le vivons à chaque étape de notre existence.

Nous laissons des gens que nous aimons et qui se sont attachés à nous pour revivre ou renaître ailleurs avec toute sa part d’inconnu, de nouvelles rencontres et repartir pour une nouvelle mission.

Plus spirituellement, le Seigneur nous détache de tant de visages familier, de tous ces lieux où nous avons travaillé pour Son Royaume, pour nous attacher là où Il nous appelle et nous envoie. C’est un passage qui se vit dans la prière.

Ce passage, cette Pâque vous avez à la faire et moi, de même.

Mais ce matin dans cette eucharistie vous recueillez les fruits de votre vie donnée, donnée à toutes celles et ceux qui sont venus ici chercher du réconfort, une aide spirituelle, demander pardon, demander une guérison, une libération, déposer un lourd fardeau. Ils étaient présents tous les matins dans votre prière.

Certains ont trouvé la paix, d’autres sont revenus, une fois, plusieurs fois pour trouver un cœur qui accueille, une oreille qui écoute. Et sans vous lasser vous avez commencé, recommencé, continué en vous appuyant sur le Christ votre rocher, votre force.

Mais aussi je veux rendre grâce au Seigneur pour ces milliers de personnes qu’Il vous a confié, que vous avez reçu ici et ailleurs comme un don de Lui : don merveilleux qui a illuminé votre foi, don plus laborieux qui vous a mis à rude épreuve. Mais tout est don avec le Seigneur et tout est grâce.

Je vous souhaite et je pourrai dire je nous souhaite un bon passage. Nous avons un bon passeur, c’est le Christ. Il va nous déposer sur d’autres rives, nous donner à d’autres pour les recevoir. Don pour don. C’est notre vie, notre mission. Que le Seigneur soit béni. Vous qui restez, priez pour nous.

Et puis, après tout, pourquoi ne pas vous le dire bien simplement : Merci Denis, Merci Laurence.

 

Homélie du Père Broussat

Ne nous étonnons pas que vivre en chrétien se fasse parfois

dans des circonstances éprouvantes.

Jésus rappelle dans l’évangile que l’épreuve peut même être vécue

au sein d’une famille, y compris ai sein de la famille qu’est l’Église.

Quel mystère que cette Parole de réconciliation

provoque des divisions jusqu’au sein des familles.

Jésus sait bien de quoi il parle, lui qui a été chassé de la synagogue de Nazareth

et qui a été rabroué par les siens.

Comment est-ce possible ? N’est-il pas le Prince de la paix ?

Il le dit pourtant sans ambages :

« Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ?

Non, je vous le dis, mais plutôt la division ».

Mais il ne faut pas aller trop vite en besogne.

Jésus est venu mettre la division,

mais il n’est pas venu dresser les hommes les uns contre les autres.

Sa Parole fait apparaître la division, mais elle ne la crée pas.

Si les divisions peuvent apparaître au cœur de nos familles,

c’est probablement parce qu’elles existent d’abord dans l’intimité de nos âmes.

Ce qui veut dire que nous n’en sommes pas encore à subir les humiliations

comme le fit le prophète Jérémie.

Avant d’annoncer la Bonne Nouvelle aussi efficacement

que cela mette notre vie en péril,

il faudrait que nous la laissions produire son œuvre de réconciliation

dans nos propres cœurs.

Tant que les compromissions en nous subsistent,

nous courrons avec peine sur les chemins de l’évangile.

« Débarrassons-nous de tout ce qui nous alourdit, nous exhorte donc saint Paul,

et d’abord du péché qui nous entrave si bien ».

Notre Seigneur Jésus nous fait aujourd’hui la confidence d’un désir profond

qui habite son cœur : « Je suis venu apporter un feu sur la terre,

et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! ».

Allons-nous le laisser embraser notre cœur de sa Parole ?

Allons-nous proposer nos cœurs comme relais

pour que le feu du Christ se répande de proche en proche, dans le monde entier ?

Autrement dit, allons-nous accueillir la Parole qui dévoile les divisions

et convertit les cœurs ?

Ce qui domine aujourd’hui c’est la gratitude

Gratitude envers chaque personne de la Trinité et leur indivisible unité.

« Je suis venu apporter un feu sur la terre », nous révèle Jésus,

Ce feu qui vient de son cœur grand ouvert

pour illuminer et purifier tous les hommes.

Puissions-nous nous livrer à l’Esprit Saint pour annoncer l’Évangile

et que tout être humain, dès sa conception,

soit reconnu comme étant à l’image et à la ressemblance de la Trinité.

Gratitude pour les prophètes, les apôtres, les disciples, les martyrs,

les saints et les saintes ainsi que tous les consacrés

dont j’égrène la vie, le rayonnement et le dynamisme

tout au long de l’année liturgique.

Gratitude pour les Perpignanais : sous la protection de notre saint patron,

saint Jean-Baptiste, qu’ils rayonnent dans la préparation des chemins du Seigneur

et de la rencontre du prochain.

Plusieurs conseillers municipaux – de la majorité et de l’opposition –

sont fidèles de la chapelle et sont présents ce jour.

Gratitude pour toutes les messes célébrées pendant ces 17 années,

lieu de communion entre le Bien-Aimé

toujours à la recherche de celle qu’il aime, l’Église.

Gratitude pour tous les autres sacrements que j’ai donnés ou auxquels j’ai participé : confessions, baptêmes, sacrements des malades,

ordinations sacerdotales et diaconales ainsi que les messes chrismales.

Gratitude envers vous Mgr Turini, frère dans le sacerdoce et père dans l’épiscopat, en l’élargissant à Mgr Marceau qui nous a accueilli dans ce diocèse.

J’ai tenu à garder un lien spirituel en y restant incardiné.

Gratitude pour tous mes frères prêtres avec lesquels j’ai prié, réfléchi,

partagé de bons moments d’amitié – et pleuré aussi parfois ! –

J’ai fait le maximum pour vous aider.

Le doyen et le ‘curé, recteur-archiprêtre de la cathédrale’ les représente ici ce jour.

Gratitude pour tous les diacres

que j’ai vu au service de leurs frères dans leur mission.

Pascal Buzenac les représente.

Mais j’aimerai évoquer le beau témoignage pour moi

d’humilité, de service et d’espérance dans la maladie de François Clouet.

Gratitude pour les familles rencontrées qui m’ont aidé à mieux prendre conscience de l’importance de cette cellule de base de la société et de la vie en Église.

Gratitude pour les personnes en situation de mal-être de tout le diocèse

que j’ai accueillies, écoutées et avec lesquelles j’ai prié.

« Toute cette immense nuée de témoins

qui sont débarrassés de tout ce qui les alourdit »

comme dit l’auteur de l’épitre aux Hébreux.

Plusieurs d’entre elles sont présentes en ce jour.

Elles m’ont questionné, enrichi spirituellement

et m’ont permis d’être témoin de conversion et de résurrection.

Jésus ne cesse de les « tirer de l’horreur du gouffre, de la vase et de la boue »

comme l’affirme le psaume de ce jour.

Oui, je l’affirme avec encore plus de vigueur :

Jésus est vainqueur du mal et de la mort spirituelle.

Il est « mon secours et mon libérateur. »

Ref du psaume

Gratitude pour les personnes ou les groupes que j’ai accompagnés :

  • les groupes de prière du Renouveau avec la louange et les soirées ‘pluie de roses’ et ‘parvis miséricorde’
  • le groupe informel de couples : leur questionnement et leur joie -même dans les épreuves –
  • l’Équipe Notre Dame avec le devoir de s’asseoir et la prière conjugale pour transformer les couples,
  • l’accompagnement délicat de personnes divorcées remariées,
  • les interpellations de personnes engagées dans des sectes ou de nouvelles religiosités, etc.

Gratitude pour les fidèles de la chapelle :

  • celles qui prient chaque jour le rosaire,
  • celles qui font le ménage : efficaces, discrètes

L’une d’elle me confiait prier pour le salut de chaque âme du purgatoire pour chaque feuille balayée dans la cour.

  • Celles qui fleurissent,
  • Celles qui entretiennent,
  • Les sacristines qui préparent minutieusement tout pour chaque liturgie
  • Les personnes qui sont à la régie son et image

ou qui programment notre ordinateur,

  • Les servants d’autel des dimanches et de semaine qui ont ce rôle pratique et spirituel d’accompagner le prêtre et les fidèles durant la messe.
  • Les musiciens qui nous accompagnent chaque dimanche
  • tous les professionnels (menuisier, électricien, informaticien, chauffagiste, etc.) qui sont intervenus durant toutes ces années
  • tous les généreux donateurs au denier de l’Église ou pour la chapelle ou pour d’autres appels particuliers. Votre générosité est « géante » !!!

Gratitude pour les nombreux fidèles qui nous suivent sur notre site (plus de 1500 !) partout à travers le monde.

Je vous assure que nous ferons tout notre possible

pour continuer de diffuser prières, enseignements et surtout eucharisties.

Gratitude pour tous les amis qui se sont révélés petit à petit durant ces 17 années.

C’est pour moi une tristesse de m’éloigner de vous

tout en croyant que l’amitié et la prière résistent au temps et à la distance.

Gratitude, la dernière mais pas la moindre,

à Laurence, laïque en mission ecclésiale, soutien priant,

quelque fois explosif (!), mais toujours efficace !

Belle prière de saint François d’Assise :

Lettre à l’ensemble de l’ordre, II,26-29

Que les cieux exultent quand le Christ, Fils du Dieu vivant,

est présent sur l’autel entre les mains d’un prêtre !

Ô merveilleuse noblesse et dignité stupéfiante !

Ô sublime humilité ! Ô humble sublimité !

Le Seigneur de l’univers, Dieu et le Fils de Dieu,

s’humilie tellement que, pour notre salut,

il se cache sous un morceau de pain ordinaire !

Frères, regardez l’humilité de Dieu

et épanchez vos cœurs devant Lui !

Faites-vous tout petit afin que vous soyez exaltés par Lui !

Ne retenez rien de vous-mêmes pour vous-mêmes,

afin que Celui qui se donne totalement à vous puisse vous recevoir totalement!”